Saint Syméon

évêque de Séleucie et ses compagnons martyrs au temps du roi Sapor (4ème s.)

Siméon bar Sabas et les martyrs perses anonymes au temps du roi Sapor.
Le nombre des chrétiens était grand en Perse au IVe siècle, mais l'empereur Sapor pendant son long règne de 310 à 380, confondit l'empire romain et la foi chrétienne. Il y eut ainsi trois grandes persécutions, dont l'une condamnait les chrétiens à devenir esclaves. Saint Siméon écrivit à l'empereur. Ce pourquoi il fut arrêté, chargé de chaînes et traîné de Séleucie jusqu'à Suse. Le vieil évêque fut mené devant l'empereur lui-même qui le condamna à être décapité. Il fut tiré de la prison en même temps qu'une centaine d'autres chrétiens, prêtres et évêques qui furent tués, les uns après les autres, saint Siméon le dernier, pour avoir refusé d'adorer le soleil.
Le roi des rois avait besoin d'argent pour mener ses guerres contre les Romains. Il doubla les impôts sur les chrétiens qui furent réduits souvent à l'indigence devant la cruauté des percepteurs. Beaucoup renièrent leur foi pour survivre. D'autres, comme l'évêque de Séleucie, saint Syméon Bar Sabbée, refusèrent de se soumettre. Les mages, de leur côté, engagèrent le roi à faire disparaître ces chrétiens qui, par centaines, étaient entassés dans les prisons. Le Vendredi Saint, le catholicos fut décapité et ce martyre marqua le début d'une persécution générale pendant près de quarante ans.
En Perse, l'an 341, la passion de saint Siméon bar Sabas, évêque de Séleucie et Ctésiphon. Par ordre du roi des Perses Sapor II, il fut arrêté, chargé de fers et, comme il refusait d'adorer le soleil et qu'il rendait témoignage au Seigneur Jésus Christ d'une voix libre et assurée, il fut d'abord enfermé dans une prison pour esclaves avec une troupe de plus de cent compagnons, parmi lesquels des évêques, des prêtres et des clercs de divers ordres. Ils y furent détenus longtemps, puis, le vendredi de la Passion du Seigneur, tous les compagnons de Siméon furent égorgés sous ses yeux, pendant qu'il exhortait vivement chacun d'eux. Il fut enfin lui-même décapité, le dernier de tous. Avec lui souffrirent encore Abdécalas et Ananie, ses prêtres, personnages très distingués.
On commémore également un grand nombre de martyrs, qui, après la mort de saint Siméon, furent frappés par l'épée à travers toute la Perse, pour le nom du Christ, sous le même roi Sapor, de 341 à 345.
------------------------
Soutien aux étudiants en IrakSoutien aux étudiants en Irak #EtudiantsEnIrak
Mgr Mirkis: "En soutenant les jeunes, nous les maintenons dans le pays. Il y aura ainsi des médecins, des pharmaciens et architectes, des ingénieurs"

Martyrologe romain

Saints ou Saintes ayant porté le même prénom

Siméon
Evêque de Metz, honoré dans l'ancienne liturgie de ce diocèse (4ème s.)
Siméon
ermite à Vaucé (✝ 850)
Siméon de Polirone
Ermite (✝ 1016)
Siméon Lukac
Evêque de l'Église grecque-catholique ukrainienne "clandestine" (✝ 1964)
Siméon Stylite l'Ancien
Ascète en Syrie (✝ 459)
Siméon-François Berneux
évêque martyr en Corée (✝ 1866)
Syméon
évêque de Jérusalem et martyr (✝ 111)
Syméon
évêque de Jérusalem et martyr (✝ 111)
Syméon
(✝ 1594)
Syméon de Thessalonique
(✝ 1430)
Syméon de Trébizonde
(✝ 1644)
Syméon de Trèves
Ermite (✝ 1036)
Syméon de Tver
(✝ 1289)
Syméon l'Ancien
(4ème s.)
Syméon le Fou
et Jean, ermite, son compagnon (6ème s.)
Syméon le Métaphraste
Hagiographe byzantin (10ème s.)
Syméon le Myroblite
ermite orthodoxe (✝ 1200)
Syméon le Nouveau Théologien
Moine et higoumène à Constantinople (✝ 1022)
Syméon le Stylite
prêtre et anachorète (✝ 592)
Syméon le Théodoque
religieux (1er s.)
Syméon le Théodoque
religieux (1er s.)

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager