Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo

laïque malgache (✝ 1894)

Béatifiée le 30 avril 1989 à Antananarivo par Jean Paul II.
Jean-Paul II l'a définie comme "une vraie missionnaire" et "un modèle pour les fidèles laïcs d'aujourd'hui". (Saints africains des temps modernes)
"Je vous confie, ainsi que vos diocésains et tout le peuple malgache, à l'intercession maternelle de la Vierge Marie et de Victoire Rasoamanarivo, cette bienheureuse qui a témoigné admirablement de la qualité spirituelle du laïcat de votre pays"
Discours de Jean-Paul II lors de la visite ad limina Apostolorum de la Conférence Épiscopale de Madagascar, le 26 septembre 1998.
Discours de Benoît XVI aux Évêques du Madagascar en visite ad limina Apostolorum, le 18 juin 2005.
Elle est, avec les Bienheureux Frère Scubilion et Père Laval, la copatronne de la Conférence des évêques de l'océan Indien. (source: diocèse de la Réunion)
Un internaute nous écrit:
"Victoire Rasoamanarivo (que l'on peut abréger en Rasoa, prononcer 'Rachou') naît en 1848. Elle est très proche de la famille royale. Tandis que les Anglais reconnaissent comme roi de Madagascar Radama 1er,  les protestants en profitent pour évangéliser. En 1838, ils réalisèrent l'exploit de traduire et d'imprimer en malgache la première Bible. Ensuite règne l'une des nombreuses femmes de Radama 1er, la cruelle
Ranavalona 1re: elle s'impose par la terreur, persécuta les chrétiens (protestants): il y eut des centaines de martyrs. Elle meurt en 1861. Son fils, Radama II lui succède et proclame la liberté religieuse. Il rappelle les missionnaires. Les jésuites et les soeurs de Saint-Joseph-de-Cluny évangélisèrent les Hauts-Plateaux. Victoire est baptisée en 1863. Elle a 15 ans. Le roi est assassiné dans une révolution de palais. Lui succède la  reine Rasoherina. Elle règne très peu de temps. Vint la reine Ranavalona II  qui se convertit au protestantisme. La famille de Victoire est largement protestante. Victoire subit des pressions pour passer à la Réforme. Mais elle résiste fermement. Elle se marie à Radriaka, prince débauché et tyran domestique. Ils n'ont pas d'enfant. Victoire refusera de divorcer et lui restera fidèle. Son beau-père lui-même lui dit un jour: 'Soa ô!  Je te dis ma peine. Nous sommes bien au courant de la souffrance que tu supportes silencieusement. La reine et moi-même avons pensé faire rompre ton mariage avec Radriaka, mon fils.' Elle lui répondit: 'Dada ô, cette affaire ne concerne que moi. Je la veux supporter. Pourquoi vous tracasser inutilement?  Ne savez-vous pas que Dieu nous a unis pour toujours?  Je ne divorcerai jamais!'  Après vingt-quatre ans de calvaire, son mari, affaibli, est proche de la mort. Devant la patience, la tendresse et les prières de sa femme, Radriaka est touché. Il demande à devenir catholique. Et Victoire elle-même lui donne le baptême. En effet, après la première guerre franco-malgache, en 1883, les missionnaires catholiques furent expulsés. Ils ne purent revenir qu'en 1886. Ils sont tout étonnés que la communauté catholique, malgré les tracasseries du gouvernement, se soit accrue. Ce fut grâce à Victoire et au frère malgache Raphaël Rafiringa. Les prières n'ont pas cessé. On se réunit à l'église chaque dimanche. Et Victoire parle d'Évangile et catéchise. Un  jour, l'église est fermée par des militaires. Victoire monte au palais. Elle revient avec l'autorisation de faire rouvrir l'église. Les gardes s'excusent. Victoire, par sa haute noblesse et sa force de caractère, impose le respect. Victoire, non seulement maintient la foi, mais encore se dévoue  sans compter au service des pauvres, des malades et, en particulier, des lépreux. Elle meurt en 1894 en disant son chapelet et en répétant: 'Neny! Neny, Neny!' (Prononcer Nen') c'est-à-dire: 'Mère, Mère, Mère!'  Une année après sa mort, la France conquiert Madagascar et exile Ranavalona III.  Victoire fut béatifiée par Jean-Paul II le 30 avril 1989, devant une foule de trois à quatre cent mille personnes. Sa fête liturgique a été fixée au 21 août."
À Tananarive à Madagascar, en 1894, la bienheureuse Victoire Rasoamanarivo. Devenue veuve après son mariage avec un homme violent, elle usa de toute son influence pour venir en aide aux chrétiens, quand les missionnaires furent expulsés de l'ïle, et défendit l'Église devant les magistrats.

Martyrologe romain

Dates de Fête

21 août

Prénoms

Victoire

Saints ou Saintes ayant porté le même prénom

Anatolie et Victoire
martyres en Italie (✝ v. 250)
Eulalie Placide Viel
Supérieure des Filles de la Miséricorde (✝ 1877)
Flavius, Sébastien, Pierre, Nicaise, Victoire...
martyrs de la guerre civile espagnole (✝ 1936)
Saturnin et ses compagnons
martyrs d'Abitène (✝ 304)
Victoire
(✝ 253)
Victoire
martyre des premiers siècles
Victoire Fornari
Fondatrice des Annonciades (✝ 1617)

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager