Saints Boris et Gleb

Princes Russes, fils de saint Vladimir, grand prince de Kiev (✝ 1015)

Vladimir, le prince de Kiev avait deux fils, Sviatopolk et Iaroslav lorsqu'il épousa la princesse byzantine Anne. Le baptême de leurs sujets et du prince fut un des fruits de ce mariage. La naissance de Gleb, puis de Boris quelques années plus tard, en fut le second fruit. Vladimir avait désigné ces deux jeunes princes comme ses héritiers, ce qui ne fut pas du goût des deux autres, en particulier Sviatopolk qui entra en guerre contre ses deux demi-frères. Boris et Gleb refusèrent de se défendre pour ne pas verser le sang. Ils furent assassinés à l'âge de 20 ans et de 15 ans. Leur autre demi-frère les vengea et, devenu prince de Kiev, promut leur culte. La piété russe s'attacha à la figure de ces deux jeunes princes et en fit les symboles de la souffrance innocente à l'image de l'immolation du Christ.
Dans la Rus, en 1015, les saints Boris et Gleb, martyrs. Fils de saint Vladimir, grand duc de Kiev, ils préférèrent subir la mort que de résister par la force à leur frère Sviatopolk. Boris, prince de Rostov, reçut à vingt ans la palme du martyre en ce jour, au bord du fleuve Alta, près de Pereislavie, et Gleb, âgé de quinze ans, le 5 septembre suivant, sur le Dniepr, près de Smolensk.

Martyrologe romain

Je te rends grâce, Souverain Seigneur, mon Dieu, de m'avoir accordé, tout indigne que je sois, d'être rendu participant de la passion de ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ. Car tu as envoyé dans le monde ton Fils monogène et les scélérats l'ont livré à la mort. Et moi aussi j'ai été envoyé par mon père pour sauver le peuple des païens qui se dressaient contre lui et voici que maintenant j'ai été blessé par les serviteurs de mon père. Pardonne-leur leurs péchés, accorde-moi le repos en compagnie des saints. Entre tes mains, je remets mon esprit.

Dit "de la passion des saints Boris et Gleb"

Prénoms

Boris

Saints ou Saintes ayant porté le même prénom

Boris de Bulgarie
Khan des Bulgares (✝ 907)

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager