Saintes Martyres d'Orange

Marie-Madeleine de Justamont et ses compagnes, martyres à Orange (✝ 1794)

Sous la Révolution française furent arrêtées et rassemblées à la prison d'Orange, cinquante-deux religieuses du Vaucluse et de la région d'Avignon, accusées "d'avoir voulu détruire la République par le fanatisme et la superstition." Ce qu'elles vécurent le jour de leur mort existe dans les archives: "5h: lever et méditation, prières de la messe - 7h: déjeuner - 8h: litanies des saints et autres prières - 9h: plusieurs sont convoquées au tribunal et elles se disent un joyeux adieu - Celles qui restent prient pour celles qui partent et méditent un chemin de croix. - 18h: le roulement de tambour annonce que les condamnées montent à l'échafaud. Les prisonnières qui restent disent les prières des agonisants. Quand le tambour cesse, elles chantent le "Te Deum." Aucune n'avait peur, aucune ne signa le serment qui lui eût épargné la mort. Elles chantent même un hymne dont le refrain est plein d'humour: "Bien loin que la guillotine me cause quelque frayeur, mon Dieu me fait voir en elle un moyen très précieux qui, par une voie nouvelle, me conduit droit aux cieux." Trente-deux d'entre elles furent décapitées. Les vingt autres furent sauvées par le décret de la Convention qui arrêtait les massacres.

Les religieuses d'Orange, diocèse d'Avignon

Les 32 bienheureuses religieuses d'Orange (diocèse d'Avignon): "Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène... Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans  la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 religieuses... Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l'actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d'aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin."
"Les trente-deux religieuses, martyrisées à Orange en juillet 1794, ont été béatifiées par le pape Pie XI le 10 mai 1925. Six étaient nées sur le territoire actuel du diocèse de Valence: deux à Bouvante, les autres à Pierrelatte, Baume-de-Transit, Tulette, Livron. Toutes firent avec la plus grande joie le sacrifice de leur vie pour rester fidèles aux engagements de leur profession religieuse." (Les bienheureuses martyres d'Orange - diocèse de Valence)
Sur les 32 religieuses guillotinées à Orange en 1794 et béatifiées par Pie XI en 1925, le diocèse de Nîmes peut en revendiquer cinq: une des Ursulines de Bollène (Soeur Claire de Sainte Rosalie) était née à Laudun; quatre appartenaient au couvent des Ursulines de Pont Saint Esprit: Soeur Sainte Sophie, née à Saint Laurent de Carnols, Soeur Saint Bernard et Soeur Catherine de Jésus, nées à Bollène, Soeur Saint Basile née à Livron. Ayant refusé de prêter un serment qu'en conscience elles réprouvaient, elles durent se réfugier dans une maison de Bollène où elles furent arrêtées. Refusant à nouveau de prêter serment, elles furent condamnées à mort. Elles montèrent joyeusement à l'échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage. (Les Saints du diocèse de Nîmes)
À Orange en Provence, en 1794, les bienheureuses Élisabeth Verchière (Soeur Madeleine de la Mère de Dieu), sacramentine de Bollène, et cinq compagnes les bienheureuses Thérèse-Henriette Faurie (Soeur de l'Annonciation), Anne-Andrée Minutte (Soeur Saint-Alexis), sacramentines de Bollène, Marie-Anne Lambert (Soeur Saint-François), Marie-Anne Depeyre (Soeur Sainte-Françoise) et Marie-Anastasie de Roquart (Sieur Saint-Gervais), ursulines de Bollène, vierges moniales et martyres, guillotinées à cause de leur fidélité à la vie religieuse.

Martyrologe romain

«C'est la joie de Pâques. C'est la joie de la transfiguration de l'univers. Alors plus rien ne nous fait peur. Nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous. Nous sommes des dieux. Désormais tout a un sens.» (Patriarche Athénagoras)

Saints ou Saintes ayant porté le même prénom

Iphigénie
convertie par saint Matthieu en Ethiopie (1er s.)
Iphigénie de Saint-Matthieu
martyre de la révolution française à Orange (✝ 1794)
Marie Madeleine de la Passion
fondatrice des Soeurs Compassionistes Servites de Marie (✝ 1921)
Marie-Madeleine
Pénitente, disciple du Christ (1er s.)
Marie-Madeleine de l'Incarnation
fondatrice de l'institut de l'Adoration Perpétuelle du Très Saint Sacrement (✝ 1824)
Marie-Madeleine de Pazzi
Carmélite (✝ 1607)
Marie-Madeleine Fontaine et ses compagnes
filles de la Charité, martyres à Cambrai (✝ 1794)
Marie-Madeleine Martinengo
Capucine à Brescia (✝ 1736)
Marie-Madeleine Postel
Fondatrice des Soeurs des Ecoles chrétiennes (✝ 1846)

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager