Saint Baudile

Martyr à Nimes (3ème s.)

Baudille, Bauzile, Bauzille, Bauzély, Baudelle, Baudière, Beauzire* ou Baudelius est un martyr de Nîmes au troisième siècle.
Chapelle Saint-Baudière à Marzy (Nièvre) Ses reliques ont été emmenées par la communauté de bénédictins qui les possédait quand elle est venue à Cessy-les-bois (canton de Donzy dans la Nièvre) après avoir fui l'invasion des Maures au IXe siècle. Ces moines ont alors reconstruit le monastère de Cessy qui appartenait au diocèse d'Auxerre.
Ce monastère a été détruit pendant les guerres de religion.
Sur l'actuelle commune de Marzy, il y a une petite chapelle privée dédiée à Saint Baudière.
(Source: curé de Marzy et diocèse de Nevers)
Illustration: chapelle Saint-Baudière - Les églises du Canton de Nevers

Dans l'ancien calendrier du diocèse de Nevers qui a été valide jusqu'à la réforme de Saint Pie X (1913), la Saint Baudière était fêtée le 20 mai.
Originaire d'Orléans, il décida avec son épouse d'aller évangéliser la région de Nîmes et c'est là qu'il fut décapité pour avoir interrompu un sacrifice païen.
Saint Baudile les trois fontaines à Nîmes (Hauts lieux de la foi - Église catholique dans le Gard)
"A la fin du règne de l'Empereur Dioclétien, en l'an 303, une grande persécution éclate, et notre région est touchée. Saint Baudille sous-diacre à Nîmes, Gênes, en Arles, notaire, non baptisé, qui par honnêteté humaine refuse d'enregistrer le décret de persécution..." (source: Histoire du diocèse de Marseille)
"Quel saint est plus digne d'être placé à la tête du calendrier du diocèse, que celui qui le premier l'a fécondé de son sang."
martyre de Saint Baudile de NîmesIl y a une église du XIIe siècle Saint Pierre et Saint Baudile à Tornac (30140)
A lire:
- Le christianisme à Nïmes, le martyre de Saint Baudile
- Trois Versions: Auguste Pelet, 1864 - l'Abbé Azaïs, 1872 - Jules Igolin, 1938.

Son culte se répandit très loin de Nîmes comme le montrent les nombreuses localités et quelques 400 églises qui lui sont consacrées en France.
Saint Baudile est le patron principal de la ville de Nîmes. Il vint s'installer à Nîmes avec sa femme. La ville n'avait pas encore d'Église constituée ni d'évêque. Des païens voulurent l'obliger à participer à un culte. Baudile s'y refusa malgré leurs coups. Jugé sur le champ et condamné à mort, il fut décapité hors des remparts. Son martyre eut lieu vers la fin du IIIe siècle. Son tombeau devint le lieu saint de la cité. Dans la suite, un monastère s'éleva à l'endroit où reposait son corps. Ce monastère fut détruit en 1563, au début de la réforme protestante à Nîmes. Ses reliques furent profanées et dispersées.
Beaucoup de paroisses en France et hors de France sont dédiées à Saint Baudile. (source: Les Saints du diocèse de Nîmes)

*Un internaute nous signale que le nom 'Baudile' prend la forme de 'Beauzire' en Auvergne comme l'atteste le nom des communes de Saint-Beauzire (Puy-de-Dôme) et de Saint-Beauzire (Haute-Loire).
À Nîmes, saint Baudile, martyr.

Martyrologe romain

Dates de Fête

20 mai, Fête Locale

Prénoms fêtés

Baudille

 

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager