Bienheureux Humbert III de Savoie

Comte de Savoie (✝ 1189)

Comte de Savoie, il se sentait attiré par la vie monastique et souvent se rendait au monastère d'Aulps. Mais il sacrifia son attrait pour la solitude aux devoirs de sa charge. Resté veuf et sans enfant, après la mort de sa première épouse, et à la demande de ses sujets qui voulaient garder cette famille à la tête de leur pays, il contracta successivement deux mariages, son devoir l'emportant une fois de plus sur ses goûts personnels.
Valeureux dans les combats, juste et modéré dans les victoires, il avait conquis l'estime de ses contemporains au point que le roi d'Angleterre le choisit comme médiateur dans son royaume.
Dès que son fils fut en âge de gouverner, il se retira au monastère de Hautecombe où son assiduité aux offices, son humilité dans les tâches les plus simples et sa charité firent l'admiration de tous. 
Il est fêté en Savoie le 27 avril en même temps que son descendant Amédée.
À Chambéry en Savoie, l'an 1158, le bienheureux Humbert III, comte de Savoie. Après plusieurs mariages, il quitta le pouvoir pour se faire moine à Hautecombe, mais ses barons le contraignirent à reprendre le pouvoir et à se remarier. Au bout de quelques années, il put reprendre la vie monastique, dont il fit profession juste avant de mourir.

Martyrologe romain

Saints ou Saintes ayant porté le même prénom

Humbert
Moine à Laon puis à l'abbaye de Maroilles (✝ 680)
Humbert
Moine à la Chaise-Dieu en Auvergne (✝ 1148)
Humbert de Fritzlar
Bénédictin  (VIIIe siècle)
Humbert de Romans
Maître général de l'ordre des Dominicains (✝ 1277)

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager