Saint Antide

évêque de Besançon (Ve siècle)

Né dans une famille romaine de la Séquanaise en Gaule, il entra dans le clergé de la cathédrale de Saint Etienne avant de devenir évêque de Besançon. Il connut l'invasion des Vandales ariens dirigés par le roi Chrocus qui fit arrêter saint Antide, trahi par certains de ses fidèles. Il fut dépouillé de ses vêtements religieux, battu cruellement puis décapité.
- des reliques de Saint Antide se trouvent dans l'église de Palleau (71), des informations sur la légende St Antide figurent sur la fiche:
'Saint Antide apprenant que le souverain pontife vient de succomber à la tentation du démon, décide d’aller à Rome pour remettre le pape sur le droit chemin. On est à quelques jours de Pâques. C’est donc d’autant plus fâcheux... Pressé par le temps Antide ordonne au démon par qui il a appris la faute du pape, de le transporter à Rome par la voie des airs. Le voilà chevauchant le dos du diable (épisode figuré sur la châsse). Arrivé à Rome il attache le diable à un pilier du portail de l’église Saint Pierre et va trouver le pape qui s’apprête à célébrer l’office divin. Le souverain pontife se repent, demande à être entendu en confession par Antide. Il lui demande aussi d’officier à sa place, ce qu’Antide accepte. Remontant sur le dos du diable le saint repart à Besançon où sa brusque disparition a alarmé le clergé et ses ouailles. Il arrive le samedi, «à la sixième heure» et peut célébrer la fête de Pâques dans la joie, ajoute le narrateur'
À Besançon, vers 411, saint Antide, évêque et martyr, qui aurait encouru la peine de mort sous Chrocus, roi des Vandales.

Martyrologe romain

 

Données Protégées - Reproduction Interdite