Sainte Mechtilde de Helfta

moniale en Allemagne (✝ v. 1298)

Apparentée aux Hohenstauffen, elle appartenait à une famille puissante. Sa sœur aînée était abbesse du monastère des cisterciennes de Rodersdorf qui, plus tard, sera transférée à Helfta. C'est donc tout naturellement que la petite Mechtilde, lorsqu'elle eut 7 ans, fut confiée à sa sœur pour son éducation. Elle ne quittera plus le monastère. Bien plus tard, on lui remit la charge de la formation des jeunes élèves: l'alumnat. Sainte MechtildeElle dirigeait le chant monastique et sainte Gertrude fut parmi ses élèves. C'est à elle qu'elle dévoilera une partie de son extraordinaire vie spirituelle dans "Le Livre de la grâce spéciale", vie spirituelle qui s'enracine dans la liturgie et la pratique de la "Lectio Divina", insistant plus sur la figure du Christ glorieux que sur la figure du Serviteur souffrant. Elle recevra des visions du Sacré-Cœur, non point comme un amour méconnu, mais comme un amour victorieux. Une sainte de la sérénité et de l'optimisme.
Illustration: Notre Père de Sainte Mechtilde sanctuaire Notre-Dame de Montligeon.
Sainte Mathilde de Hackeborn (1241/2-1298), grande figure du monastère allemand de Helfta, a été le sujet de la catéchèse du Saint-Père le 29 septembre 2010:
Mathilde, fille des barons de Hackeborn, entra très jeune au monastère de Helfta où sa sœur, sainte Gertrude fut abbesse pendant quarante ans. Gertrude donna "une empreinte particulière à la spiritualité du monastère le portant à un épanouissement extraordinaire comme centre de mystique et de culture, école de formation scientifique et théologique". Les religieuses de Helfta bénéficiaient d'une instruction de haut niveau intellectuel leur permettant de cultiver une spiritualité fondée sur les Saintes Ecritures, la liturgie, la tradition patristique et sur la règle et la spiritualité cisterciennes".
C'est le livre écrit par sa sœur et intitulé "Le livre des grâces", qui nous permet principalement de connaître la vie de Mathilde et la décrit comme dotée de grandes qualités naturelles et spirituelles telles que "sa science, son intelligence, sa connaissance des lettres humaines et sa voix d'une douceur merveilleuse".
Mathilde bien que très jeune devint directrice de l'école du monastère de Helfta  puis directrice du chœur et maîtresse des novices. La sainte possédait également "le don divin de la contemplation mystique" et était "une maîtresse de fidèle doctrine et grande humilité, conseillère, consolatrice et guide dans le discernement". C'est pourquoi "de nombreuses personnes, non seulement du monastère mais aussi venant de l'extérieur...attestaient qu'elle les avait libérées de leur peine et qu'elles n'avaient jamais éprouvé autant de consolation qu'auprès d'elle", observa le Saint-Père.
"Dans sa longue vie passée au monastère, Mathilde a été affligée de souffrances intenses et continues auxquelles elle choisit d'ajouter de dures pénitences pour la conversion des pécheurs. Elle participa ainsi à la passion du Seigneur jusqu'à la fin de sa vie".
"La prière et la contemplation furent au centre de son existence -a ajouté le Pape-. Ses révélations, ses enseignements, son service envers le prochain, son chemin dans la foi et l'amour trouvent ici leur origine... Dans la prière liturgique, Mathilde donne une importance particulière aux heures canoniques, à la célébration de la messe et surtout à la communion.... Ses visions, ses enseignements et les évènements de son existence sont décrits avec des expressions du langage liturgique et biblique. On mesure ainsi sa profonde connaissance des Saintes Écritures qui étaient son pain quotidien".
La sainte "en se laissant guider par les Saintes
Écritures et nourrir du Pain eucharistique, parcourut un chemin d'intime communion avec le Seigneur, toujours fidèle à l'Église. Voilà pour nous aussi -a conclu le Saint-Père- une belle invitation à intensifier notre amitié avec le Seigneur, surtout à travers la prière quotidienne et une participation attentive, fidèle et active à la messe. La liturgie est une grande école de spiritualité". (source: VIS 20100929 460)
Au monastère d'Helfta en Saxe, vers 1298, sainte Mechtilde, vierge, qui fut une femme d'une doctrine et d'une humilité excellentes, jointes au don de contemplation mystique.

Martyrologe romain

Je considère, par delà ses plaies, le cœur blessé et rompu par son excès d'amour

Sainte Mechtilde

Prénoms fêtés

Mechtilde

Mais aussi les

Mathilde

Saints ou Saintes ayant porté le même prénom

Mechtilde
ermite à Lappion en Picardie (✝ v. 1200)
Mechtilde de Diessen
abbesse bénédictine (✝ 1160)
Mechtilde de Magdebourg
mystique (✝ v. 1280)

 

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager