Bienheureuse Isabella Cristina Mrad Campos

laîque martyre brésilienne (✝ 1982)

- Promulgation de décrets en vue de futures béatifications et canonisations
- Décret de reconnaissance de martyre le 27 octobre 2020, en italien.
tuée en haine de la foi le 1er septembre 1982 à Juiz de Fora, une ville située au nord de Rio de Janeiro.
Isabella Cristina Mrad Campos est née le 29 juillet 1962 à Barbacena, Minas Gerais au Brésil.
Dès son plus jeune âge, elle fréquente l'église paroissiale. Elle faisait partie du Groupe des Jeunes de la Société Saint-Vincent de Paul, où un directeur spirituel lui a transmis la spiritualité des Cursilhos de Cristanidade et des Vincentiens. De plus, elle fréquentait souvent le monastère de la Visitation, pratiquait la prière en famille, se confessait régulièrement et participait aux campagnes organisées par les Vincentiens.
Son rêve était de devenir pédiatre.
Après avoir déménagé à Juiz de Fora, pour commencer ses études de médecine, elle part vivre avec son frère dans une maison achetée par la famille.
Le soir du 1er septembre 1982, son frère la trouve assassinée, avec des signes de tentatives de violences sexuelles.
...D'après l'enquête, le tueur a frappé Isabella à la tête, lui a attaché les mains, l'a bâillonnée, lui a déchiré les sous-vêtements, lui a griffé les membres inférieurs et l'a poignardée de 13 coups de couteau dans le dos et l'abdomen; deux autres coups de couteau ont été infligés dans la région pubienne. L'autopsie a révélé que, malgré la férocité de l'attaque, la jeune femme avait réussi à préserver sa virginité.
Le sacrifice d'Isabelle est lié à l'exercice de la chasteté qui la caractérisait habituellement.
La renommée du martyre s'est répandue immédiatement et demeure à ce jour...
Sa mort entraîne une réaction populaire de dévotion, certains fidèles catholiques la comparant à sainte Maria Goretti.
Elle est vénérée en particulier au Sanctuaire Nossa Senhora da Piedade (Notre-Dame de Piété) à Barbacena où se trouve sa dépouille.
C'est une histoire de violence ordinaire. Et d'une résistance extraordinaire: pas tant ou pas seulement pour défendre sa dignité de femme, mais surtout les valeurs auxquelles elle croyait et qu'elle n'a jamais caché.

"Toujours sourire puisque Jésus m'aime."

sa devise

Dates de Fête

1 septembre

 

Données Protégées - Reproduction Interdite