Saint Mesrop

docteur des arméniens (✝ 441)

Tout d'abord militaire, il se retire dans la solitude monastique avant de prêcher la foi à ses compatriotes. La nation arménienne lui est reconnaissante de l'avoir dotée d'un merveilleux alphabet à la demande de saint Isaac, le patriarche catholicos, afin de lutter contre le paganisme perse en rendant accessibles à son peuple les saintes Ecritures.
Neveu du catholicos saint Houssik, il fit de brillantes études dans les lettres syriaques et helléniques. Secrétaire du roi, il interrompit sa carrière administrative pour devenir moine et prêtre. Il constata que beaucoup des fidèles chrétiens avaient un christianisme superficiel, ne lisant pas les Saintes Écritures, la langue arménienne n'étant pas alors une langue écrite. Il perfectionna un alphabet et commença aussitôt la traduction de l'Écriture Sainte et celle des Pères de l'Église de Cappadoce. L'un de ses disciples, Koriun, fit de même pour la langue géorgienne. Il multiplia les voyages apostoliques, ouvrant des écoles et fondant des monastères aux nombreux calligraphes. Il travaillait à préserver l'identité culturelle de son peuple et il est l'un des plus grands docteurs de cette Église.
L'Église apostolique arménienne en fait mémoire le 5 juillet. 
A lire aussi Saint Mesrop, docteur des arméniens sur le site de l'Eglise de Polynésie:
"Mesrob (Mesrop, Mastots) a donné à l'Église arménienne une personnalité en lui composant un alphabet à son usage : par là son rôle est comparable à celui des saints Cyrille et Méthode pour les Églises slaves d'Europe. Des deux côtés, initiative importante dont les effets n'ont pas fini de se développer."... "En 440,  inventeur de l'alphabet arménien et traducteur, en cette langue, de la Bible et de divers livres liturgiques. Son oeuvre littéraire favorisa l'unité du peuple arménien en dépit des vicissitudes de son histoire."...
En Arménie, vers 440, saint Mesrob, docteur des Arméniens. D'abord soldat puis fonctionnaire au palais royal, il reçut le baptême et se fit moine, composa un alphabet pour la langue arménienne, pour que le peuple soit formé par les saintes Écritures. On lui attribue la traduction en arménien des deux Testaments, des hymnes et d'autres cantiques. (au 17 février au martyrologe romain)

Martyrologe romain

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager