Saint Lautein

(✝ 518)

ou Lothain.
saint Lothain - René Jacquemin-Verguet - Loup Blanc D'une famille sénatoriale, il préféra quitter le monde et, à vingt-sept ans, il entra au monastère de Saint Symphorien dans le diocèse d'Autun. Comme il aspirait à un plus grand détachement, il traversa la Saône au pied des Monts Jura où il se construisit un ermitage dans cette région alors désertique. Une localité rappelle cette présence, Saint-Lothain-39230. Sa vie est émaillée de merveilles que la piété des fidèles n'avait de cesse d'embellir tant était grande leur admiration pour les faits et gestes d'un tel serviteur de Dieu.
Né aux environs d'Autun dans la seconde moitié du Ve siècle, il s'y forme d'abord à la vie monastique.
Aspirant à la solitude érémitique, il se retire ensuite dans le lieu nommé Silèze; puis d'autres hommes se joignent à lui, et leur nombre croissant oblige à créer une seconde communauté, Maximiacum (Buvilly? Mesmay, Doubs?).
Lothain est ordonné prêtre. Il meurt à 70 ans, un 1er novembre, vers 540 ; la localité conserve son sarcophage et prendra son nom.
Ses deux monastères, chronologiquement, doivent se placer juste après les premières fondations réalisées autour de Condat par les Pères du Jura.
Extrait du Propre du diocèse de Saint-Claude au 5 novembre.

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager