Le Saviez-vous ?
Le site Nominis a été créé en 1999 et mis en ligne au bout d'un an de travail, sur le fond comme sur la forme !
A découvrir

WebTV CEF

Rencontrer Jésus

Saint Monon

ermite dans les Ardennes (✝ v. 636)

Irlandais de naissance (*), il voulut faire le pèlerinage à Rome aux tombeaux des apôtres, comme le firent beaucoup de ses contemporains.
Quand il revint par la Gaule, il découvrit le silence de la forêt des Ardennes et s'y bâtit une solitude. Mais de solitude bientôt il n'en fut plus question car les gens des environs vinrent consulter le saint homme qui les instruisit des mystères de la foi jusqu'au jour où des opposants en firent un témoin de la foi, assassiné d'une manière atroce, à Nassogne vers 636.
On raconte qu'il fut en contact avec St Jean l'Agneau, évêque de Tongres. Installé à Nassogne, il priait et évangélisait en invitant les gens à la prière. La légende dit que, devant lui, un porc fit sortir de terre une clochette d'époque ancienne dont St Monon se servait pour appeler les gens à la prière. Il est toujours représenté avec un cochon et une clochette. Il est prié par les éleveurs et les cultivateurs: protection du bétail.
(*) Scotti en latin médiéval désignait les irlandais.
Illustration: Saint Monon, remuage, diocèse de Namur Saint Monon, remuage, diocèse de Namur
Une église de la paroisse de Lierneux, dans les Ardennes belges, est dédiée à ce saint (Eglise de Jevigné) et, à Nassogne, où se trouve une collégiale St-Monon, son culte est toujours vivant, en particulier avec le pèlerinage annuel du dimanche qui suit l'Ascension, appelé 'remuages de St Monon':
Saint Monon est originaire d'Ecosse. On connaît peu de chose de sa vie, si ce n'est qu'il est probablement issu d'une famille aisée, et éduqué dans la foi chrétienne. Encore jeune, il décide de se faire moine. Il aurait perçu dans un songe l'appel que Dieu lui adressait de se rendre en Gaule, ce qu'il fait vers l'an 600, en s'établissant dans les forêts d'Ardenne, à Nassogne, où il vit en ermite, prêchant et vivant l'Evangile de Jésus-Christ. Bien vite, sa renommée est telle que de nombreuses personnes lui rendent visite, lui demandant le baptême, ce qui déplaît à ceux dont les cultes païens sont la source de revenu. Il est assassiné en 636, considéré comme martyr, et enseveli à Nassogne. Depuis de nombreux siècles, on le vénère comme patron des agriculteurs, protecteur du bétail et des cultures.
De l'herbe pour le bétail.
La collégiale Saint-Monon de Nassogne fait partie des sites classés de Wallonie. Partiellement d'origine romane, la première construction remonte au VIIe ou VIIIe siècle. Elle renferme la châsse contenant les reliques de saint Monon, dont la procession, dite des ''Remuages'' a lieu chaque dimanche qui suit l'Ascension. La châsse est alors transportée de la collégiale à la chapelle où le saint aurait été assassiné. Traditionnellement, au cours de la procession, les pèlerins, en majorité des agriculteurs, frottent la châsse avec des poignées d'herbe ou des branches de tilleul qu'ils donnent à manger à leurs animaux, ou qu'ils ramènent dans les étables. Pour l'abbé Jean-François Naedts, curé de Nassogne, le rituel n'a rien de magique... Il faut comparer la démarche à ce qui se fait pour les buis du Dimanche des Rameaux: les branches bénites, ramenées chez soi, sont le rappel d'une Présence.

''À Nassogne dans le Brabant, vers 630-640, saint Monon, qui fut, croit-on, ermite dans la forêt des Ardennes et martyr.

Martyrologe romain

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager