Le Saviez-vous ?

Utilisez l'alerte e-mail, pour être prévenu de la fête d'un saint, une semaine avant, la veille ou le jour même!

A découvrir

WebTV CEF

Eglise et bioéthique

Saint Hormisdas

Martyr (?) à Ahmadan, en Perse (✝ v. 421)

ou Achéménide.
Il appartenait à l'une des grandes familles de l'empire perse et lui-même était officier supérieur dans l'armée du roi Varan, fils du persécuteur Yezdedgerd (ou Jezdgerd). L'empereur voulut lui faire renier Jésus-Christ. Ce fut inutile, Hormisdas confessa sa foi en la divinité de Jésus. Pour le punir de son obstination, on lui enleva ses richesses, ses charges et même sa dignité. Il fut condamné à conduire en caravane, comme esclave, les chameaux de l'armée qu'il avait commandée. Au bout de plusieurs années, avec les privations et brûlé par le soleil torride durant les longues marches dans le désert, nu comme c'était la coutume pour les esclaves du dernier rang, il en devint méconnaissable. Un jour, le roi le rencontra. Sachant qui il était il fut pris de compassion et voulut lui donner un fin vêtement de lin en lui disant: "Renonce donc enfin au fils du charpentier". Saint Hormisdas le refusa et déclara qu'il ne renoncerait pas à son Dieu. Il fut immédiatement mis à mort.
Certaines Églises d'Orient le vénèrent le 16 novembre (3 novembre selon le calendrier julien) sous le nom de Saint Achéménide le Confesseur.
Une seconde version de la fin de sa vie  indique qu'au lieu d'être mis à mort il aurait pu été expulsé, toujours nu, hors du royaume perse. Hors de ces frontières il aurait retrouvé toute sa dignité et aurait pu enfin reprendre en paix sa vie fidèle et agréable à Dieu.
En Perse, vers 421, saint Hormisdas, martyr. Fils du préfet de la province d'Ahmadan, devenu chrétien, il fut condamné à mort sur l'ordre du roi Bahrân Gôr.

Martyrologe romain

 

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager