Mercredi 31 janvier 2018

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Saint Abraham le Perse
évêque d'Arbel (4ème s.)
Saint Adamnan
Moine (✝ 680)
Saint Athanase de Méthone
Evêque de Méthone (✝ 880)
Saints Augustin Pak Chong-won et ses compagnons
martyrs en Corée (✝ 1840)
Saint Bobin
Evêque de Troyes (✝ 766)
Saints Cyr et Jean d'Alexandrie
Martyrs (4ème s.)
Saint Dominique de Cordoue
Martyr à Cordoue en Andalousie (✝ 984)
Saint Elie Ardounis
Barbier à Calamas (✝ 1686)
Saint Eusèbe
Bénédictin au monastère de Saint-Gall en Suisse (✝ 884)
Saint François-Xavier Bianchi
Barnabite (✝ 1815)
Saint Gaud
Evêque d'Evreux (✝ 491)
Saint Géminien
Evêque de Modène en Italie (✝ 390)
Saint Jules
Martyr dans le Milanais (✝ v. 309)
Bienheureuse Louise Albertoni
Jeune veuve (✝ 1530)
Bienheureux Luigi Talamoni
prêtre italien, fondateur de la Congrégation des Soeurs de la Miséricorde de San Gerardo (✝ 1926)
Saint Maedhoc
Premier évêque de Ferns (✝ v. 630)
Bienheureuse Marie-Louise Montesinos Orduña
martyre en Espagne (✝ 1937)
Saint Martin Manuel
Prêtre et martyr (✝ 1147)
Saint Métran
Martyr (3ème s.)
Sainte Morwenna
ermite en Cornouailles (5ème s.)
Saint Nicétas
Evêque de Novgorod (✝ 1108)
Saint Pouange
A Troyes en Champagne (6ème s.)
Saint Tobie ou Tobias
Fils de Tobit, ancien testament
Sainte Tryphène
Martyre à Cyzique dans l'Hellespont (4ème s.)
Sainte Ulphe
ermite (8ème s.)
Saints Victorin et ses compagnons
Martyrs (3ème s.)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saint Jean Bosco

fondateur et éducateur (✝ 1888)

Fondateur de la société de Saint-François-de-Sales et de l'Institut des Filles de Marie-Auxiliatrice.
C'était un fils de pauvres paysans piémontais. Adolescent, il joue à l'acrobate pour distraire sainement les garnements de son village. Devenu prêtre à force de sacrifices, il se dévoue aux jeunes ouvriers de Turin abandonnés à eux-mêmes. logos don Bosco et soeurs marie auxiliatrice Il crée pour eux un centre de loisirs, un patronage, puis un centre d'accueil, puis des ateliers. Rien de tout cela n'était planifié à l'avance, mais ce sont les besoins immenses qui le pressent. Jamais il ne refuse d'accueillir un jeune, même si la maison est petite, même si l'argent manque. Plutôt que de refuser, il multipliera les châtaignes comme son maître multipliait les pains en Palestine. Sa confiance absolue en la Providence n'est jamais déçue. Ses "enfants" seront bientôt des centaines et tous se feraient couper en morceaux pour Don Bosco. Sa mère, Maman Marguerite, vient s'installer près de lui et jusqu'à sa mort, elle leur cuira la polenta et ravaudra leurs vêtements. Très marqué par la spiritualité de saint François de Sales, Jean Bosco invente une éducation par la douceur, la confiance et l'amour.don Bosco en 1880 Pour ses garçons, il fonde l'Oratoire, l'oeuvre, qui sera à l'origine de la congrégation des prêtres salésiens. Pour les filles, il fonde la congrégation de Marie-Auxiliatrice. Don Bosco mourra, épuisé, en butte à l'hostilité de son évêque qui ne le comprend pas, mais entouré de ses disciples.
Site des religieux Salésiens de Don Bosco.
Don Bosco par thèmes - Pour découvrir la pédagogie et la spiritualité salésienne, il y a aussi la "méthode Don Bosco"...
Don Bosco, Afrique francophone occidentale.
Portail de la Famille Salésienne de Don Bosco.
- Bicentenaire Don Bosco, Histoire, Pédagogie, Spiritualité, 1815-2015, un songe qui continue... L'Oratoire salésien... changer le monde par l'éducation... (vidéo)
Mémoire de saint Jean Bosco, prêtre. Il connut une enfance pauvre et dure, et après son ordination, il mit à Turin toute son énergie à l'éducation des jeunes et fonda la Société de Saint-François de Sales et, avec l'aide de sainte Marie-Dominique Mazzarello, l'Institut des Filles de Marie Auxiliatrice, pour enseigner aux jeunes un métier et la vie chrétienne. Après avoir réalisé tant de projets, il mourut à Turin en 1888.

Le salésien "saisit les valeurs du monde et refuse de gémir sur son temps: il retient tout ce qui est bon, surtout si cela plaît aux jeunes. Celui qui est toujours prêt à se plaindre n'a pas le véritable esprit salésien"

Article 22 - L'optimisme et la joie de l'espérance

Sainte Marcella

Moniale à Rome, disciple de Saint Jérôme (✝ 410)

Noble dame romaine qui, la première, n'hésita pas à faire publiquement et "ouvertement profession de dévotion" (O. Englebert). Belle, riche, cultivée et raffinée, personne n'osait se moquer d'elle. Son palais sur la colline de l'Aventin fut bientôt le centre de toutes celles qui, autour de saint Jérôme, voulaient suivre les conseils évangéliques, secourant les pauvres, visitant les malades, adoucissant le sort des esclaves. Lorsqu'en 410, les barbares d'Alaric s'approchèrent de Rome, ses amies s'enfuirent pour aller rejoindre saint Jérôme en Palestine. Trop âgée, elle avait quatre-vingt-cinq ans, elle resta à Rome et les soldats goths la battirent durement pour lui faire avouer où étaient ses richesses. Elle n'en avait plus, les ayant données aux pauvres. Elle mourut quelques jours plus tard de ses blessures. Les synaxaires des Églises d'Orient la commémorent également.
À Rome, commémoraison de sainte Marcelle, veuve, en 410. Comme l'écrit saint Jérôme, elle méprisa richesses et noblesse et se rendit plus noble par sa pauvreté et son humilité.

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager