Lundi 23 avril 2018

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Saint Adalbert de Prague
Evêque de Prague, martyr (✝ 997)
Saint Euloge
Evêque d'Edesse en Syrie (✝ 387)
Saints Félix, Fortunat et Achillée
martyrs de Valence (✝ v. 212)
Saint Georges de Ptolémaïs
Martyr (✝ 1752)
Saint Gérard de Toul
Evêque (✝ 994)
Bienheureux Gilles
Un des six premiers compagnons de saint François d'Assise (✝ 1262)
Bienheureuse Hélène Valentini
tertiaire augustine (✝ 1458)
Saint Ibar
Missionnaire en Irlande (Ve siècle)
Saint Lazare le Bulgare
Martyr (✝ 1802)
Bienheureuse Marie-Gabrielle Sagheddu
religieuse au monastère de Grottaferrata (✝ 1939)
Saint Marole
évêque de Milan (✝ 423)
Sainte Pusinne
moniale (Ve siècle)
Bienheureuse Thérèse-Marie de la Croix
fondatrice de la Congrégation des Carmélites de Sainte-Thérèse (✝ 1910)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saint Georges

martyr (✝ 303)

Au IVe siècle, tous les sujets de l'empereur Dioclétien sont instamment invités à offrir des sacrifices aux dieux de l'empire. Cet ordre est tout spécialement appliqué aux militaires, car il est le signe de leur fidélité aux ordres impériaux.
A Lydda, en Palestine, un officier, originaire de Cappadoce, refuse. Il est exécuté pour refus d'obéissance. La popularité de son culte sera telle que la piété populaire ne pourra se contenter des maigres données de l'histoire. Saint Georges, sculpture Martin Damay
On le fait couper en morceaux, jeter dans un puits, avaler du plomb fondu, brûler dans un taureau de bronze chauffé à blanc, donner en nourriture à des oiseaux de proie.
Chaque fois, saint Georges ressuscite et en profite pour multiplier les miracles.
A ces fioritures morbides, s'ajoute au XIe siècle, la légende de la lutte victorieuse de saint Georges contre un dragon malveillant qui symbolise le démon. Ce dont on est sûr, c'est qu'au IVe siècle, l'empereur Constantin lui fait édifier une église à Constantinople. Cent ans après, on en compte une quarantaine en Égypte. On les voit s'élever en Gaule, à Ravenne, en Germanie.
En France, 81 localités se sont placées sous sa protection et portent son nom. On ne compte pas avec précision le millier d'églises dont il est le titulaire. Il est le patron céleste de l'Angleterre et de l'Éthiopie. Il figure sur les armoiries de la Russie (écusson de la Moscovie).
Saint Georges et le dragon, diocèse aux arméesOn a voulu nier son existence. L'absence de précisions ne font pas disparaître la mémoire de ce martyr de Palestine.
Les circonstances exceptionnelles de sa mort l'on fait appeler par les chrétiens d'orient "le grand martyr". Son culte s'est très rapidement développé. Il est devenu le saint protecteur de nombreux pays, de l'Angleterre, notamment , et de la Géorgie qui porte son nom.
Les croisades contribuèrent à donner au culte de saint Georges un grand éclat, notamment parmi les chevaliers français et anglais. Il était légitime que les cavaliers le choisissent comme saint protecteur. (diocèse aux armées françaises)
"
La vie et la passion du Saint et glorieux Grand-Martyr Georges le Tropeophore et ses compagnons: Anatole, Protoleon, Athanase et Glykerios"
Mémoire de saint Georges, martyr, dont toutes les Églises, de l'Orient à l'Occident, célèbrent depuis l'antiquité le glorieux combat à Diospolis ou Lydda en Palestine.

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager