Mardi 2 janvier 2018

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Saint Adélard de Corbie
Abbé (✝ 826)
Saint Aspais
(✝ 573)
Saint Ayrald
évêque de Saint-Jean de Maurienne (✝ 1160)
Saint Bladulphe
prêtre et moine (✝ v. 630)
Saint Défendent
martyr (✝ v. 297)
Bienheureux Guillaume Repin
et ses compagnons martyrs durant la Révolution française (✝ 1794)
Bienheureux Isidore
(4ème s.)
Saint Jean le Bon
évêque de Milan (✝ 659)
Sainte Koupaia
Reine de Bretagne (5ème s.)
Saint Lohemel
moine en Bretagne (9ème s.)
Saint Macaire
Ermite en Egypte (✝ 395)
Saint Mainchin
évêque (7ème s.)
Saint Marcellin
et ses frères saint Argée et saint Narcisse, martyrs (✝ 320)
Bienheureuse Marie-Anne Blondin
fondatrice des Soeurs de Sainte-Anne (✝ 1890)
Saint Maxime
Abbé d'un monastère de Vienne (✝ 625)
Saint Paracode
Evêque de Vienne (✝ 235)
Saint Séraphin de Sarov
Hiéromoine en Russie (✝ 1833)
Bienheureuse Stéphanie Quinzani
tertiaire dominicaine (✝ 1530)
Saint Sylvestre
abbé en Sicile (✝ 1164)
Saint Télesphore
Pape (8 ème) de 125 à 136 et martyr (✝ 136)
Saint Théodore
Evêque de Marseille (✝ 595)
Saint Viance
ermite (✝ 674)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saint Basile le Grand

moine, évêque de Césarée de Cappadoce, docteur de l'Église (✝ 379)

Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze sont tous deux nés en Cappadoce. Basile dans une famille de dix enfants qui deviendront presque tous des saints. Saint Grégoire est né dans le foyer d'un juif converti qui deviendra évêque. Ils se rencontrent à Athènes, lors de leurs études, et désormais ils se lient d'une grande amitié. La même foi et le même désir de perfection animent les deux étudiants. Saint Basile de CésaréeDe retour en Cappadoce, ils font des projets monastiques, mais l'Eglise a besoin d'évêques dynamiques en cette période troublée par les hérésies. Basile devient évêque de Césarée. Grégoire, évêque de Nazianze, le siège épiscopal de son père, puis de Constantinople. La forte personnalité de Basile en fait un évêque de premier plan qui défend la foi trinitaire. Il rédige également des règles monastiques, qui sont encore en vigueur dans les monastères "basiliens". Saint Grégoire est plus fragile. Chassé de Constantinople, il finira solitaire, composant d'admirables poèmes que la liturgie utilise encore.
- Saints Basile le Grand et Grégoire Nazianze, évêques et docteurs de l'Eglise (VaticanNews)
Mémoire des saints Basile le Grand et Grégoire de Naziance, évêques et docteurs de l'Église. Basile, évêque de Césarée en Cappadoce, appelé Grand pour sa doctrine et sa sagesse, enseigna aux moines la méditation des Écritures, le labeur de l'obéissance et la charité fraternelle. Il organisa leur vie par des règles qu'il avait lui-même rédigées. Par ses écrits excellents, il instruisit les fidèles et se distingua par son souci pastoral des pauvres et des malades. Il mourut le premier janvier 379. Grégoire, son ami, évêque successivement de Sasimes, de Constantinople et de Naziance, défendit avec beaucoup d'ardeur la divinité du Verbe, ce qui lui valut d'être appelé le Théologien. Il mourut le 25 janvier 370. L'Église se réjouit de célébrer la mémoire conjointe de si grands docteurs.

Saint Grégoire de Nazianze

Patriarche de Constantinople, docteur de l'Église (✝ 390)

Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze sont tous deux nés en Cappadoce. Basile dans une famille de dix enfants qui deviendront presque tous des saints. Saint Grégoire est né dans le foyer d'un juif converti qui deviendra évêque. Ils se rencontrent à Athènes, lors de leurs études, et désormais ils se lient d'une grande amitié. La même foi et le même désir de perfection animent les deux étudiants. De retour en Cappadoce, ils font des projets monastiques, mais l'Eglise a besoin d'évêques dynamiques en cette période troublée par les hérésies. Basile devient évêque de Césarée.
Saint Grégoire de NazianceGrégoire, évêque de Nazianze, le siège épiscopal de son père, puis de Constantinople. La forte personnalité de Basile en fait un évêque de premier plan qui défend la foi trinitaire. Il rédige également des règles monastiques, qui sont encore en vigueur dans les monastères "basiliens". Saint Grégoire est plus fragile. Chassé de Constantinople, il finira solitaire, composant d'admirables poèmes que la liturgie utilise encore.
- Saints Basile le Grand et Grégoire Nazianze, évêques et docteurs de l'Eglise (VaticanNews)
Mémoire des saints Basile le Grand et Grégoire de Naziance, évêques et docteurs de l'Église. Basile, évêque de Césarée en Cappadoce, appelé Grand pour sa doctrine et sa sagesse, enseigna aux moines la méditation des Écritures, le labeur de l'obéissance et la charité fraternelle. Il organisa leur vie par des règles qu'il avait lui-même rédigées. Par ses écrits excellents, il instruisit les fidèles et se distingua par son souci pastoral des pauvres et des malades. Il mourut le premier janvier 379. Grégoire, son ami, évêque successivement de Sasimes, de Constantinople et de Naziance, défendit avec beaucoup d'ardeur la divinité du Verbe, ce qui lui valut d'être appelé le Théologien. Il mourut le 25 janvier 370. L'Église se réjouit de célébrer la mémoire conjointe de si grands docteurs.

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager