Mercredi 12 décembre 2018

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Sainte Abre
(4ème s.)
Saint Alfred le Grand
Roi de Wessex puis des anglo-saxons (✝ 899)
Bienheureux Bartolo Buonpedoni
prêtre (✝ 1310)
Callixte II
Pape (162 ème) de 1119 à 1124 (✝ 1124)
Bienheureux Conrad d'Offida
prêtre franciscain (✝ 1306)
Saints Epimaque et Alexandre
martyrs d'Alexandrie (✝ 250)
Saint Finnian de Leinster
abbé en Irlande (✝ 552)
Saint Gausbert
(✝ 950)
Saint Grégoire de Terracine
(✝ 570)
Saint Israël
Chanoine du Dorat au diocèse de Limoges (✝ 1014)
Bienheureux Jacques de Viterbe
évêque de Naples (✝ 1308)
Saint Jean de Zichna
(✝ 1333)
Saints Maxence, Constance, Crescence, Justin
et leurs compagnons, martyrs à Trèves (4ème s.)
Bienheureux Pie Bartosik
prêtre franciscain et martyr (✝ 1941)
Vénérable Pio Dellepiane
prêtre italien de l'Ordre des minimes (✝ 1976)
Saint Simon Hoa
Martyr en Annam (✝ 1840)
Saint Spyridon le Thaumaturge
évêque de Trimythonte (✝ 348)
Saint Synésius
martyr (3ème s.)
Saint Théraponte de Monza
(✝ 1591)
Saint Vicelin
évêque d'Oldenbourg (✝ 1154)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saint Corentin

Evêque de Quimper (5ème s.)

ou Cury, évêque de Quimper.
Il fait partie des "Sept-Saints" qui évangélisèrent la Bretagne et qui ont nom: saint Tugdual de Tréguier, saint Paterne de Vannes, saint Samson de Dol, saint Pol de Léon, saint Malo et saint Brieuc. Il est certain que saint Corentin a existé et qu'il a assuré l'implantation de l'Église de Cornouailles. Il participa au concile d'Angers en 453. Oriflamme de Saint Corentin, église paroissiale de Locronan Mais il est le seul des sept à ne pas avoir une localité pour conserver sa pieuse mémoire en Bretagne (On oublie souvent le vrai nom de Quimper: Quimper-Corentin). Par contre le village de Cury en Cornouailles britannique ne l'a pas oublié. Cependant de très nombreuses églises et chapelles se sont placées sous son vocable dans le Finistère et les Côtes d'Armor.
Illustration: Oriflamme de Saint Corentin, église paroissiale de Locronan.
Saint Corentin - église Saint Germain à Pleyben"Patron principal du diocèse de Quimper. Né en Armorique, Corentin vécut pendant plusieurs années la vie érémitique, dans les bois qui couvraient le versant sud du Ménez-Hom, en Plomodiern. Réclamé comme évêque par le roi Gradlon et son peuple, il partagea dès lors son temps entre sa tâche épiscopale à Quimper et la vie érémitique à laquelle il restait fidèle. L'époque où il vécut ne peut être précisée; un manuscrit d'Angers, daté de 897, place un saint Corentin au calendrier le 1er mai. Les reliques du saint, dispersées lors des invasions normandes (Marmoutier - Abinbdon, Waltham et Glastonbury en G.-B.), furent partiellement restituées à la cathédrale de Quimper en 1623, où elles furent longtemps en honneur." (diocèse de Quimper et Léon)
Illustration: Saint Corentin - église Saint Germain à Pleyben (photo envoyée par un internaute)
Un internaute nous écrit: "Né en Armorique, il se retire dans la solitude dans la forêt de Nevet afin de servir Dieu, à l'exemple de nombreux ascètes. Se nourrissant de racines et de baies, un fontaine jaillit à sa prière, lui permettant d'avoir un peu d'eau. Chaque jour, le même poisson vient s'offir à lui en nourriture; Corentin en coupe un morceau et remet le poisson encore en vie dans l'eau et chaque jour, le poisson revient...
Le Roi Gradlon lui donne des terres afin d'y construire un monastère.
Les nombreux miracles qu'il accomplit et la sainteté de sa vie conduisent les chrétiens de Cornouailles à le choisir comme évêque. Le roi Gradlon lui offre son palais situé au confluent de l'Odet et du Frout: là où s'élève toujours la cathédrale de Quimper."

À Quimper en Bretagne, saint Corentin, honoré comme le premier évêque de la cité, qui joignait à l'épiscopat la rude vie d'ermite.

Notre Dame de Guadalupe

'Je suis venu ici pour déposer aux pieds de la Vierge métisse du Tepeyac, Etoile du Nouveau Monde, l'Exhortation apostolique Ecclesia in America, qui rassemble les contributions et les suggestions pastorales de ce Synode, confiant à la Mère et Reine de ce continent, l'avenir de son évangélisation' (homélie du pape Jean-Paul II, le 23 janvier 1999, Basilique Notre-Dame de Guadalupe)Notre Dame de Guadalupe à Fourvière
'J'ai déposé les fruits du premier Synode américain aux pieds de la Sainte Vierge Marie de Guadalupe, sous la protection maternelle de laquelle s'est développée l'évangélisation du Nouveau Continent. Elle est à juste titre invoquée aujourd'hui comme l'étoile de sa nouvelle évangélisation. C'est pourquoi j'ai établi que la fête ou la solennité liturgique qui lui est consacrée, le 12 décembre, soit proclamée comme fête sur tout le Continent américain.' (Jean-Paul II après son voyage au Mexique, le 10 février 1999)
Illustration: Notre Dame de Guadalupe à Fourvière
Message du pape François pour la fête de Notre Dame de Guadalupe du 12 décembre 2013, la patronne de l'Amérique: Lorsque la Vierge est apparue à saint Juan Diego, a-t-il dit en espagnol, 'son visage était celui d'une métisse et ses vêtements couverts de motifs indigènes. Comme Jésus, Marie se fait proche de ses enfants, qu'elle accompagne en mère sur le chemin de la vie'...
Elle apparut à saint Juan Diego le 9 et le 12 décembre 1531.
Mémoire de Notre-Dame de Guadalupe au Mexique, dont une foule immense implore le secours maternel sur la colline Tepeyac près de Mexico, et qu'elle salue avec confiance comme une étoile pour l'évangélisation des familles, des peuples et comme l'assistance des indigènes et des pauvres.

Je demande à Notre-Dame de Guadalupe d'éclairer les peuples du Nouveau Monde tout au long du troisième millénaire

Jean-Paul II

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager