Jeudi 12 juillet 2018

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Sainte Agnès Lê Thi Than (Dê)
martyre au Tonkin (✝ 1842)
Saint Ansbald
abbé de Prüm (✝ 886)
Saint Balay
(6ème s.)
Saint Clément-Ignace Delgado Cebrian
évêque et martyr au Tonkin (✝ 1838)
Bienheureux David Gonson
martyr en Angleterre (✝ 1541)
Dédicace de la cathédrale de Coutances
(date ?)
Saints Fortunat et Hermagoras
martyrs à Aquilée (1er s.)
Saint Jason
Martyr (1er s.)
Saint Jean Gualbert
Abbé de Vallombreuse (✝ 1073)
Saint Jean Jones
prêtre franciscain martyr en Angleterre (✝ 1598)
Saint Jean l'Ibère
Higoumène au mont Athos (✝ 1002)
Saint Juventiole
(6ème s.)
Saint Léon Ier
abbé près de Naples en Italie (✝ 1079)
Saints Louis Martin et Zélie Guérin
parents de sainte Thérèse de Lisieux (19ème s.)
Bienheureuses Madeleine-Thérèse, Marie, Marguerite, Jeanne-Marie
religieuses martyres à Orange (✝ 1794)
Vénérable Maria Teresa Kierocinska
fondatrice des Carmélites de l'Enfant-Jésus (✝ 1946)
Bienheureux Marien de Jésus Euse Hoyos
prêtre en Colombie (✝ 1926)
Bienheureux Matthias Araki et ses compagnons
martyrs à Nagasaki (✝ 1626)
Saint Menou
Evêque de Quimper (7ème s.)
Saint Michel Maleinos
Higoumène au mont Kyminas (✝ 961)
Saint Paternien
évêque de Fano (4ème s.)
Saint Pierre Khanh
prêtre et martyr en Annam (✝ 1842)
Saints Proclus et Hilarion
martyrs en Galatie (✝ 115)
Saint Sérapion de Vladimir
(✝ 1275)
Saint Uguzon
martyr
Saint Viventiole
évêque de Lyon (✝ v. 523)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saints Nabor et Félix

Martyrs à Lodi, en Lombardie (✝ v. 304)

Saint Ambroise, l'évêque de Milan, en fut le panégyriste dans son commentaire sur l'évangile de saint Luc. Ils étaient chrétiens de Milan, quand ils furent arrêtés et, peu de jours après, décapités ne voulant pas renier le Christ auquel ils avaient donné leur vie.
Voir aussi la page de St Nabor.
À Milan, vers 304, les saints Nabor et Félix, soldats originaires de Maurétanie, ils furent, dit-on, mis à mort à Lodi et inhumés à Milan.

Saint Olivier Plunket

Evêque d'Armagh, martyr (✝ 1681)

Oliver Plunket, Franciscan MediaIl naquit à l'époque où le gouvernement royal d'Angleterre dépossédait les Irlandais de leurs terres pour les donner aux Anglais protestants qu'il installait dans l'île catholique. Il eut vingt ans au moment où Cromwell noya dans le sang la révolte de ses compatriotes. Ordonné prêtre en 1654, il fut nommé archevêque d'Armagh quinze ans plus tard. Il s'y montra toujours courageux, entreprenant et d'humeur joyeuse. Quand il fut arrêté, il ne perdit rien de sa bonne humeur et de sa courtoisie. On l'accusait d'avoir préparé le débarquement de 20 000 soldats français en Irlande et d'avoir taxé son clergé pour mettre sur pied une armée de 70 000 hommes. Le jury le condamna à "être pendu, vidé et démembré." Saint Olivier remercia le juge et pardonna aux dénonciateurs qui l'avaient calomnié. "Je suis heureux d'aller auprès du Christ dont je vous ai tant parlé."
C'était le 1er juillet, selon l'ancien calendrier, c'est-à-dire le 11 juillet de l'année 1681 (fêté le 12 juillet). Abbaye Saint Benoît en Suisse.
Olivier Plunket a été béatifié le 23 mai 1920 à Rome par le Pape Benoît XV et canonisé le 12 octobre 1975 à Rome par le Pape Paul VI.
"Le zèle pastoral de Saint Oliver Plunkett, canonisé en ce jour, est d'abord un exemple saisissant et entraînant pour tous ceux qui portent la charge de l'épiscopat! Mais cette cérémonie, si réconfortante, est également pour les fidèles un appel pressant à l'union autour de leurs Évêques, pour avancer dans la Foi et pour collaborer davantage à l'Évangélisation du monde d'aujourd'hui! Que le Seigneur vous donne à tous cette grâce de choix!" (source: homélie de Paul VI - multilingue - site du Vatican)
"Saint Oliver Plunkett, l'archevêque martyr d'Armagh, est l'exemple le plus célèbre d'une multitude de fils et de filles courageux d'Irlande, prêts à donner leur vie pour la fidélité à l'Evangile."
Lettre pastorale aux catholiques d'Irlande - Benoît XVI - le 19 mars 2010.
Au 1er juillet du martyrologe romain: à Londres, en 1681, la passion de saint Olivier Plunkett, évêque d'Armagh en Irlande et martyr. Faussement accusé de haute trahison, sous le roi Charles II, et condamné à mort, devant la potence, en présence d'une grande foule, il pardonna à ses ennemis et professa jusqu'au bout, avec courage, la foi catholique.

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager