Vendredi 11 mai 2018

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Bienheureux Anthime
(4ème s.)
Saint Argyros
(✝ 1806)
Bienheureux Ceferino Namuncurá
religieux salésien argentin (✝ 1905)
Saint Fabius
et ses compagnons martyrs (✝ v. 304)
Saint François Jérôme (de Geronimo ou de Girolamo)
Jésuite italien (✝ 1716)
Saint Gautier de Lesterps
abbé en Limousin (✝ 1070)
Saint Gengoux
Martyr (✝ 760)
Bienheureux Grégoire Celli
prêtre ermite de Saint-Augustin (✝ v. 1343)
Saint Ignace de Laconi
Capucin (✝ 1781)
Bienheureux Jean Rochester et Jacques Walworth
chartreux martyrs en Angleterre (✝ 1537)
Saint Joseph de Kazan
(✝ 1672)
Bienheureux Lucien Galan
martyr au Laos (✝ 1968)
Saint Maïeul de Cluny
Quatrième abbé de Cluny (✝ 994)
Saint Mamert
Evêque de Vienne, en Dauphiné (✝ 477)
Saint Matthieu Lê Van Gam
laïc martyr au Vietnam (✝ 1847)
Saint Mavile
martyr en Afrique (✝ 212)
Saint Mocius
prêtre et martyr (4ème s.)
Saint Nicodème
(✝ 1325)
Saint Possesseur
évêque de Verdun (✝ 486)
Bienheureux Thomas Khampheuane Inthirath
martyr au Laos (✝ 1968)
Saint Udault
martyr goth (5ème s.)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saints Cyrille et Méthode

Apôtres des Slaves (9ème s.)

C'étaient de purs enfants de Byzance, la capitale de l'Orient chrétien. Nés à Thessalonique, Méthode et son petit frère surdoué, Constantin (qui recevra sur son lit de mort l'habit monastique sous le nom de Cyrille) sont envoyés en mission par le patriarche de Constantinople, tout d'abord chez les Khazars, peuple venu de l'Asie lointaine et qui ont adhéré au judaïsme. Puis ils sont envoyés en Moravie où les Allemands s'installaient en maîtres. Pour évangéliser les peuples slaves, Cyrille crée un alphabet adapté à leur langue. Les Églises qui utilisent le slavon se remplissent et les autres se vident. Saint Cyrille et saint Modeste, icône de Bucarest (XIXe siècle)Ce n'est pas l'actuel alphabet cyrillique qu'un autre religieux bulgare adaptera en se mettant sous le patronyme du célèbre moine. Cyrille traduit les textes bibliques et liturgiques. Mais ils sont très vite attaqués par des clercs germaniques qui leur reprochent de brader les textes sacrés et d'y mettre des germes d'hérésies en utilisant une langue vulgaire. Le Pape Hadrien II les soutient. C'est d'ailleurs à Rome que meurt Cyrille en 869. Son corps fut rapatrié à Salonique en 1976, en signe de la volonté de communion entre l'Église latine et les Églises orientales. Méthode va reprendre le flambeau. Moins brillant que Cyrille, mais d'une persévérance à toute épreuve, il enracine et fait fructifier, au milieu des tribulations, l'oeuvre évangélisatrice de son frère. Dénoncé comme hérétique par ses adversaires, il sera mis en prison pendant deux ans par les Allemands. Lui aussi aura la confiance des papes qui l'ont nommé évêque de Moravie et Pannonie. Ils sont ainsi tous deux témoins de l'Église indivise dans la pluralité des rites et des langues, fidèles au pape comme au patriarche de Constantinople dont ils étaient les fils, Cyrille et Méthode ont été nommés copatrons de l'Europe, avec saint Benoît, sainte Catherine de Sienne, sainte Brigitte de Suède, et Soeur Thérèse Bénédicte de la Croix - Sainte Édith Stein.
- vidéo, Cyril et Méthode, Statutární město Brno, site de la ville de Brno.
Illustration: Saint Cyrille et saint Méthode, icône de Bucarest (XIXe siècle)
Les Églises d'Orient font mémoire de ces deux grands évangélisateurs de l'Europe orientale le 11 mai. L'Église d'Occident les fête le 14 février.
"De culture grecque et de tradition orientale, d'une mission à l'origine très politique, les deux frères vont faire un stage d'immersion culturelle permettant l'émancipation culturelle, concevant le nouvel alphabet le cyrillique. Ils adoptent la langue slave pour les offices. Ils ont rendu les slaves membres à part entière de l'Église, refusant de choisir Rome ou Constantinople." La Croix 08/04
Cyrille et Méthode, apôtres des slaves et copatrons de l'Europe, ont été évoqués par Benoît XVI à l'occasion de l'audience générale du 17 juillet 2009... "Le profil spirituel des frères de Salonique se révèle surtout dans l'attrait de Cyrille pour les écrits de Grégoire de Naziance, dont il apprit la valeur du langage pour la transmission de la Révélation... Cyrille et Méthode avaient travaillé au projet de traduire en slavon les dogmes chrétiens... d'où la nécessité d'utiliser des lettres plus conformes que celles du grec à la langue parlée. C'est ainsi que naquit l'alphabet glagolitique, plus tard appelé cyrillique en l'honneur de saint Cyrille... Cyrille et Méthode avaient compris qu'un peuple ne peut considérer avoir reçu pleinement la Révélation avant de l'avoir entendue et lue dans sa langue. Tous deux sont la référence de ce qu'on nomme inculturation, en vertu de laquelle les peuples doivent imprimer dans leur culture propre le message révélé et exprimer la vérité du salut dans leur langue... En cela l'Église voit en eux une source d'inspiration et d'action toujours valable".
Pourquoi l'Église a-t-elle choisi des saints patrons pour l'Europe? Qui sont-ils et qu'ont-ils fait pour l'Europe?
...Saint Benoît, proclamé patron de l'Europe par Paul VI en 1964, saint Cyrille et Méthode proclamés copatrons en 1980 par Jean-Paul II et trois saintes proclamées copatronnes de l'Europe en 1999 par Jean-Paul II: sainte Brigitte de Suède, sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)...
Mémoire (en Europe: fête) des saints Cyrille, moine, et Méthode, évêque. Ces deux frères de Thessalonique, envoyés par le patriarche de Constantinople, Photius, en Moravie, y prêchèrent la foi chrétienne et composèrent un alphabet propre pour transcrire du grec en slavon les livres saints. Quand ils vinrent à Rome, Cyrille, qui jusque là s'appelait Constantin, atteint par la maladie se fit moine et s'endormit dans le Seigneur en ce jour, l'an 869. Méthode, ordonné évêque de Sirmium par le pape Adrien II, évangélisa infatigablement la Pannonie, dut supporter bien des querelles qui lui furent infligées, mais soutenu toujours par les pontifes romains, il reçut la récompense de ses travaux à Valehred en Moravie, le 6 avril 885.

Sainte Estelle

Vierge (3ème s.)

Estelle ou Stella (étoile) honorée à Saintes comme ayant subi le martyre au troisième siècle.
Elle fut surtout rendue célèbre grâce au poète Mistral. Son nom était en fait Eustelle (du grec "eu"= beau, bien et "stello"= parer, orner). La forme latinisée Estelle a été donnée par Frédéric Mistral.
Saint Eutrope bénissant Sainte Estelle Gouverneur de la région de Saintes, son père était un Romain de naissance illustre; sa mère descendait d'une antique et puissante famille de druides. La curiosité de son esprit cultivé la plaça sur le chemin de saint Eutrope, premier évêque de la région. Après avoir entendu ses enseignements, elle demanda le baptême: elle fut baptisée par lui et consacrée à Dieu. Comme elle se refusait à tous les prétendants et qu'elle s'obstinait dans sa Foi, son père la fit mettre à mort dans les arènes de Saintes. Son corps fut enterré dans le tombeau même de saint Eutrope, à qui elle avait donné, peu de temps auparavant, la sépulture. Le nom de sainte Eustelle était si populaire dans la région charentaise que les évêques de La Rochelle et Saintes la choisirent pour patronne de la jeunesse chrétienne.
Illustration: dans l'église de saint-Hilaire de Villefranche en Saintonge, un tableau représente Saint Eutrope bénissant Sainte Estelle.
(Sources : Les Jeunes Saintes, par l'Abbé J. Knell, 1896 / Notice sur Sainte Eustelle, vierge et martyre de l'église de Saintes, par M. l'Abbé Briand, 1837 / Le mystère de sainte Eustelle, drame en trois actes, par le chanoine honoraire L.-M. Dubois, imprimatur de 1922)

Eglise Catholique en France
Eglise Catholique en France

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager