Samedi 1 août 2015

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Bienheureux Alexis Sobaszek
Prêtre polonais martyr à Dachau (✝ 1942)
Sainte Almeda
martyre galloise (6ème s.)
Saint Arcade
Evêque de Bourges (✝ 549)
Bienheureux Bienvenu (Joseph de Miguel Arahal)
prêtre franciscain martyr en Espagne (✝ 1936)
Saints Dominique Nguyên Van Hanh et Bernard Vû Van Duê
prêtres et martyrs au Vietnam (✝ 1838)
Saint Eléazar
Ancien Testament (-167 av JC.)
Sainte Elisa de Cythère
Martyre (✝ 375)
Bienheureux Émeric de Quart
Évêque d'Aoste dans les Alpes (✝ 1313)
Saint Ethelwold
Moine bénédictin - évêque de Winchester en Angleterre (✝ 984)
Saint Eusèbe
évêque de Verceil en Italie (✝ 371)
Saint Exupère
premier évêque de Bayeux (Calvados) (4ème s.)
Saint Félix
martyr en Espagne (✝ v. 304)
Bienheureux Gerhard Hirschfelder
prêtre et martyr (✝ 1942)
Bienheureux Jean de Rieti
ermite de Saint-Augustin (✝ v. 1347)
Saint Jonat
abbé d'un monastère à Marchiennes (✝ v. 690)
Saint Justin
(5ème s.)
Saint Léonce
(✝ 300)
Saints Maccabées
Ancien Testament : Sept frères et leur mère, martyrs à Antioche (-166 av JC.)
Bienheureuses Marie Stella et ses compagnes
martyres religieuses de la Congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Nazareth (✝ 1943)
Saint Pierre Favre (Lefèvre)
Jésuite, premier prêtre de la Compagnie de Jésus (✝ 1546)
Saint Pierre-Julien Eymard
prêtre en Isère (✝ 1868)
Saint Rioch
abbé d'Inisboffin (✝ v. 480)
Saint Secundinus
martyr (date ?)
Saint Sever
curé du Bigorre (✝ v. 502)
Bienheureux Thomas Welbourne
martyr en Angleterre (✝ 1605)
Saint Verus
évêque de Vienne (✝ v. 314)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Saint Alphonse-Marie de Liguori

Docteur de l'Eglise (✝ 1787)

Evêque de Nocera, fondateur des Rédemptoristes, Docteur de l'Eglise.
De noble famille napolitaine, Alphonse était promis à un brillant avenir, du moins son père en avait-il décidé ainsi. L'enfant est doué. A seize ans, il est docteur en droit civil et ecclésiastique. Il devient un avocat de renom et de succès. Il ne perd aucun procès quand il le plaide. Mais, de son côté, le Seigneur plaide tout doucement la cause du Royaume des cieux dans le cœur du jeune homme si bien parti pour réussir dans le monde. Alphonse décide d'abord de se consacrer à Dieu dans le monde et, pour cela renonce à un beau mariage. Alphonse-Marie de Liguori Désormais on le trouve assidu aux pieds du Saint-Sacrement et des statues de la Vierge Marie. Il fréquente les malades incurables et les condamnés à mort. A vingt-sept ans, il perd un procès, pourtant juste, à cause des pressions exercées sur les juges par des puissants fortunés. Désespérant de la justice humaine, il démissionne, devient prêtre et se consacre aux "lazzaroni", ces pauvres des bas-fonds de Naples et des campagnes. Il a choisi son camp, celui des pauvres rejetés. Pour eux, il fonde la Congrégation des Rédemptoristes sous le patronage de saint François de Sales. Toute sa vie, il se battra contre le rigorisme et fera triompher dans l'Église une pastorale de miséricorde et de liberté. Devenu malgré lui évêque, brisé par la maladie, il revient mourir parmi les siens.
Illustration: Alphonse-Marie de Liguori - site des Rédemptoristes
Un grand semeur d'espérance
Décédé le 1er août 1787, béatifié le 6 septembre 1816, canonisé le 26 mai 1839 et déclaré Docteur de l'Église le 23 mars 1871.
Le 30 mars 2011, Benoît XVI a tracé un portrait de saint Alphonse de Liguori, évêque et docteur de l’Église, "un insigne théologien moraliste, un maître de spiritualité... Né dans une noble famille napolitaine en 1696, il fut un brillant avocat avant d'abandonner cette profession pour devenir prêtre en 1726". Puis le Pape a rappelé que saint Alphonse "entreprit une œuvre d'évangélisation par la catéchèse parmi les plus pauvres, auxquels il aimait prêcher en leur présentant les fondements de la foi... En 1732, il fonda la Congrégation du Rédempteur" qui, sous sa direction forma des "missionnaires itinérants touchant jusqu'aux villages les plus isolés où ils encourageaient la conversion et la persévérance chrétienne, principalement par la prière".
Mort en 1787, Alphonse de Liguori fut canonisé en 1839 et déclaré docteur de l’Église en 1871. Ce titre, a rappelé le Saint-Père, était justifié par un riche enseignement de théologie morale "proposant parfaitement la doctrine catholique, au point que Pie XII le proclama Patron des confesseurs et des moralistes... Saint Alphonse ne cessait de dire que les prêtres sont un signe visible de la miséricorde infinie de Dieu, qui pardonne et éclaire le pécheur afin qu'il se convertisse et change de vie. Aujourd'hui aussi, face aux signes d'un affaiblissement de la conscience morale, dont une préoccupante désaffection de la confession, l'enseignement d'Alphonse de Liguori apparaît utile.... Outre ses œuvres théologiques, il composa des traités pour la formation religieuse du peuple... Ses Maximes éternelles ou Les gloires de Marie, et son chef d’œuvre Aimer Jésus-Christ, condensent sa pensée. Son insistance sur la nécessité de la prière y est constante...et en particulier sur la visite du Saint Sacrement, qu'elle soit brève ou prolongée, personnelle ou communautaire".
La spiritualité alphonsienne, a poursuivi le Pape, "est éminemment christologique, ayant le Christ et l’Évangile pour cœur. La méditation du mystère de l'Incarnation et de la Passion sont souvent le sujet de sa prédication", où il insiste aussi sur le rôle de Marie dans l'histoire du salut. Il a conclu en rappelant qu'Alphonse de Liguori fut également "un exemple de pasteur zélé, qui conquérait les âmes en prêchant l’Évangile et en administrant les sacrements. Il œuvrait avec une bonté qui venait de son intense relation à Dieu, Dieu d'une bonté infinie. Il eut une vision positive des ressources que le Seigneur accorde à tout homme pour faire le bien, soulignant l'importance de l'affection envers Dieu et le prochain, au-delà des ressources offertes par l'esprit". (VIS 20110330 430)
Mémoire de saint Alphonse-Marie de Liguori, évêque et docteur de l’Église. Remarquable par son zèle des âmes, ses écrits, sa parole et son exemple, pour favoriser la vie chrétienne dans le peuple, il s’est donné à l’œuvre de la prédication et il a publié des livres, principalement de morale, discipline dont il est reconnu maître et, malgré de nombreuses traverses, il fonda la Congrégation du Très Saint Rédempteur pour l’évangélisation des campagnes. Élu évêque de Sainte-Agathe des Goths, il se dépensa de manière extraordinaire dans ce ministère, qu’il dût laisser, après quinze ans, pour de graves raisons de santé, et il se retira, jusqu’à sa mort en 1787, à Nocera del’ Pagani, supportant des peines et des difficultés nombreuses.

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager