Samedi 27 octobre 2012

Bonne Fête !

Autres Fêtes du Jour

Sainte Antoinette
Dominicaine au couvent de Brescia, en Lombardie (✝ 1507)
Bienheureux Barthélémy de Bragance
évêque de Vicenza en Italie (✝ 1270)
Saintes Capitoline et Erothéide
Martyres de Cappadoce (✝ 304)
Saint Cyriaque de Constantinople
(7ème s.)
Saint Didier d'Auxerre
Evêque (✝ 621)
Saint Dimitri de Bessarabie
(3ème s.)
Saint Evariste
Pape (5 ème) de 97 à 105 et martyr (✝ 108)
Saint Frumence
un des apôtres de l'Ethiopie au IVe siècle (✝ v. 360)
Saint Gaudiose
évêque (5ème s.)
Saints Génitour et les bons saints du Blanc
martyrs dans l'Indre (4ème s.)
Bienheureux José Javier Gorosterratzu
et 5 compagnons rédemptoristes martyrs espagnols entre 1936 et 1938 (✝ 1936)
Saint Namace
Évêque de Clermont (✝ 462)
Saint Nestor de Kiev
moine (✝ 1114)
Saint Odran
abbé irlandais (✝ v. 563)
Sainte Procla
(1er s.)
Bienheureux Sauveur Mollar Ventura
Franciscain et martyr de la guerre civile espagnole (✝ 1936)
Saint Tecla Haimanot
moine copte (✝ 710)
Saint Thraséas
évêque d’Euménie en Phrygie et martyr (✝ v. 170)

Saints, Saintes et Fêtes du Jour

Bienheureuse Emeline

Religieuse (12ème s.)

ermite à Longeville-sur-la-Laines (Haute-Marne) au monastère de Boulancourt.
Des internautes nous signalent:
- "d'après le Routier cistercien elle est décédée en 1178 dans ce monastère cistercien de moniales fondé en 1152"
- "d'après le dictionnaire des Saints (livre de poche A28A29), elle serait morte en 1079!"
- c'est le routier cistercien qui a raison: la Bienheureuse Emeline est décédée en 1178 sur le territoire de l'abbaye de Boulancourt. Elle n'a pas pu mourir en 1079 car elle était contemporaine de ste Asceline et du bienheureux Gossuin qui relevaient de ce même monastère cistercien. Ce monastère est passé à l'ordre de Citeaux en 1147 à la demande de l'évêque de Troyes, Henry de Carinthie et quand les cisterciens sont arrivés, Emeline était déjà en activité comme sœur converse dans la grange de Perthes Sèches, près d'Yèvres-le-petit. Elle était aussi contemporaine de sire Symon de Beaufort à qui elle avait prédit une blessure à l’œil lors d'une bataille, ce qui arriva (le baron fit des dons à l'abbaye pour honorer cette sainte suite à cette prédiction). Emeline ne fut jamais sœur cistercienne mais seulement converse vivant selon la règle cistercienne et bien plus: d'une très grande pénitence, elle ne mangeait que 3 fois par semaine, allait pieds nus été comme hiver, portait le cilice, chantait des psaumes et priait toute la journée; elle avait des dons de prophétie qui faisait courir toute la région pour la consulter. Morte en 1178, elle fut inhumée sous l'autel du couvent des Dames, rattaché à l'abbaye de Boulancourt, et une flamme brillant constamment avait été disposée. Puis, quand la chapelle fut détruite, ses restes furent translatés, avec ceux de ste Asceline et de St Gossuin, dans l'église de Boulancourt. Il ne reste plus rien aujourd'hui de ces vestiges.
Emeline était un prénom très courant en Champagne, on disait même qu'Emeline (laquelle?) était la mère de ste Asceline, de 15 à 20 ans plus jeune que notre bienheureuse. En fait la mère d'Asceline était Agnès.
Il n'existe aucune représentation, ni picturale, ni statuaire, de la bienheureuse Emeline d'Yèvres qui reste, décidément, une sainte bien discrète!

Données Protégées - Reproduction Interdite - Partager